Retour accueil - Editions L'Harmattan


Articles de presse

DES FRANCS CFA ET DES BANQUES de la banque du senegal à la Biao-senegal

Le banquier, ancien Directeur de la Biao Sénégal et cadre de la Bceao, Mohamadou Diop, a procédé, samedi, à la dédicace de son livre intitulé, "Des Francs Cfa et des Banques". Dans cet ouvrage, Mohamadou Diop revient sur l'histoire de cette monnaie tout en indiquant, à l'égard des pourfendeurs du Cfa, que ce n'est pas une monnaie française mais africaine avec des avantages liés à sa stabilité.
"Des Francs Cfa et des Banques". C'est le titre du livre publié, ce weekend, aux éditions Harmattan Sénégal, par Mohamadou Diop, lors d'une cérémonie de dédicace. L'auteur, ancien cadre de la Banque centrale des États de l'Afrique de l'ouest (Bceao) et ancien Directeur de la Biao, actuelle Cbao, a produit un livre de "qualité" sur le francs Cfa pour apporter sa contribution, en tant que spécialiste, à ce débat entre souteneurs et pourfendeurs du Cfa. Présentant l'ouvrage, Prospère Youm, ancien cadre de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international (Fmi), insiste sur le fait que l'auteur ait rappelé les 4 piliers de la zone franc avec la convention. Le premier piler de la zone franc permet aux différents pays d'assurer la convertibilité illimitée de leur monnaie dans la monnaie de la France ; les pays de la zone franc conviennent aussi que leur monnaie aura un rapport fixe avec la monnaie de la France ; être membre de la zone franc signifie aussi garantir la liberté de circulation financière dans la zone ; le quatrième pilier a trait à la centralisation des réserves officielles de change. L'auteur jetant un coup d'œil sur le rétroviseur, a expliqué aussi que les politiques adoptées par l'Uemoa en matière de financement reposaient sur l'identification d'activités prioritaires qui avaient plus de possibilité de financement que d'autres secteurs. Au début des années 1980, rappelle le banquier Mohamadou Diop, les financements n'étaient plus basés sur l'identification des priorités des agents économiques, ce qui a conduit à la faillite de la Banque nationale de développement du Sénégal (Bnds) avec l'ensemble du système bancaire qui était secoué dans la zone franc.
Zone franc, protectrice
Prospère Youm, toujours faisant l'économie du livre, affirme qu'avant la dévaluation, il y a eu la crise bancaire de 1986. Cette crise qui a, par la suite, conduit à la dévaluation, était tellement forte que les banques ne pouvaient plus faire face à certaines charges. Par rapport à l'avenir du Cfa qui appartient aux pays membres, M. Youm pense qu'il faut réfléchir avant de prendre une décision. Il indique, historiquement, que la zone franc a protégé les pays membres de certaines catastrophes économiques. Par rapport à ceux qui défendent l'autonomie financière, il rétorque que des pays comme le République démocratique de Congo et la République de Guinée ont leur propre monnaie mais sont dans des difficultés économiques, connaissant même, parfois, une catastrophe monétaire. "Il y a énormément de risques liés à la souplesse du taux de change. La zone franc garantit une parité fixe", soutient le présentateur du livre.
Quant à l'auteur, Mohamadou Diop, diplômé de Princeton, de Columbia et du Centre ouest africain de formation et d'études bancaires (Cofeb), il pense que les détracteurs du Cfa attaquent souvent la France, mais il faut qu'ils s'adressent à nos dirigeants qui ne sont pas des faire-valoir. Pour lui, porter certaines critiques sur le Cfa qui serait une monnaie d'asservissement, c'est "comme si nos dirigeants qui ont négocié les accords sont des enfants de cœur qui se sont laissés manipuler". Selon l'auteur, même si une partie des réserves des valeurs de la zone franc se trouve à la banque centrale de France, légalement, le Trésor français ne peut pas puiser dans ce compte courant qui est un compte "solidaire entre pays membres de chaque zone Cfa".
Par rapport à l'avenir du Cfa, l'auteur n'est pas dans la même logique que les pourfendeurs qui veulent se débarrasser de cette monnaie. Il propose une réforme et une renégociation avec la France pour éliminer le compte d'opération et mettre fin à la présence française dans le Conseil d'administration de la zone. Il propose aussi d'avoir un double panier euro et dollar en même temps et de se débarrasser du nom qui a une certaine connotation et qui a été choisi à une certaine époque où les États africains étaient fragiles. Docteur Alioune Badara Ndiaye, ancien Directeur de la Recherche scientifique et technique du Sénégal a aussi laissé entendre que la mutation du Cfa ne devrait pas être entreprise sans une mûre réflexion et discussion entre les différents pays.
Oumar KANDE

HTTP://WWW.LESOLEIL.SN/2016-03-22-23-21-32/ITEM/77411-LIVRE-DES-FRANCS-CFA-ET-DES-BANQUES-MOHAMADOU-DIOP-DECRYPTE-LES-AVANTAGES-DU-CFA.HTML, avril 2018

Auteur concerné :

Mohamadou Diop


Paypal  Cartes supportées   Cartes supportées

Louer la salle Amady Aly Dieng

Contacts

Nos Auteurs


  Accueil Editions | Groupe L'Harmattan | Librairies | Harmathèque | Harmattan TV | Théâtre Lucernaire
  dernière mise à jour : 25 janvier 2021 | © Harmattan - 2021 | À propos | Paiement en ligne | conditions générales de vente et mentions légales | frais de port