Blaise Sène, une légende vivante

Alphonse Niane

Cet article décrit brièvement le parcours d'un véritable acteur de développement, Monsieur Blaise Sène de Loul Sessène.

Blaise Sène : une légende vivante
Il peut s'avérer délicat de se lancer dans une entreprise de ce qui pourrait être une louange à un homme encore en vie et à qui l'on voudrait avant tout faire vœux d'une longue et plus enrichissante vie par la grâce de Dieu. Faire face à un homme d'un parcours diversifié et pugnace mis au service du bien-être des gens et décider de porter sur lui un témoignage franc, positif et exhaustif peut également relever de l'audace et suppose notamment un risque énorme. Que cet homme puisse écouter ou lire notre récit de ses actions, la tâche se révèle plus pénible si on sait qu'on parlera entièrement sous son contrôle et celui de nombreux autres témoins potentiels. Qui plus est, l'égoïsme inné de l'homme ou plutôt celui du rédacteur peut faire obstacle, nous rend réticent, laconique voire avare ou tout au contraire on peut facilement tomber dans le travers de l'extrapolation, se verser entièrement dans la subjectivité, l'exagération. Il semble plus aisé de faire l'éloge d'un mort, d'un disparu de quelqu'un en tout cas aux antipodes de notre sphère et dont tout le monde, par chagrin, voudra rendre hommage. Ce qui, néanmoins, atténuera tout le sens de nos beaux témoignages. Qui sait pourtant si le bienfaiteur dont l'œuvre grandiose n'a jamais été reconnue et louée ne mourrait pas de chagrin, de l'indifférence barbare à l'encontre de ses actes et de la part de ses contemporains ? Et qui d'autre aura le cran d'imiter son exemple ? Qui encore pourra apprendre qu'il s'agit d'un noble acte de se consacrer au service de ses semblables, de sa localité, bref de l'humanité, si pour résultat on ne récolte aucune reconnaissance de son vivant ? Sous ce rapport, le présent article peut revendiquer tout son intérêt.
On a coutume de dire que "Les hommes passent mais les institutions demeurent", cependant, certains hommes ne passent jamais, ils sont en leur sein de véritables instituions, des monuments compte non tenu de leur existence physique dont la nature assigne une disparition finale. Ceux qui marquent indélébilement leur temps sont ceux-là même qui s'institutionnalisent profondément. Et pour oser le dire, les actes que pose le dénommé Blaise Sène font de ce dernier un homme en dynamique processus d'institutionnalisation. "Aux âmes bien nées la valeur n'attend point le nombre d'années" disait Corneille. Cet homme a-t-il attendu d'avancer en âge pour suffisamment avancer dans l'œuvre ? Qui est cet homme ? Quel est son parcours, ses réalisations ?, etc. Mais avant tout d'où est-ce qu'il est ?
Monsieur Blaise Sène, un natif de Loul Sessène
Le village de Loul Sessène, bien connu pour sa diversité culturelle profonde a vu naître le 03 février 1955, l'enfant Blaise Sène qui allait plus tard devenir un acteur marquant de sa génération. De prime abord, le village de Loul, avec son complément substantif Sessène, aurait été fondé par un certain homme du nom de Sène. L'histoire à la fois mythique et mystérieuse demeure encore fragmentaire à ce sujet. Mais à tout point de vue, Sessène renvoie à la compréhension : "chez les Sène" ou "appartenant au Sène". Cette conception peut se révéler provocatrice chez les autres noms de famille qui peuplent le territoire, et dont pour la plupart, la lignée tribale existante dans la localité depuis toujours, peut soulever de bonnes objections. Est-ce donc par propriété propre aux Sène ou par convention que le village porte le nom de Loul Sessène ? Si c'est la première, alors fierté au patronyme Sène dès lors qu'en plus, les chefs de village se succèdent depuis très longtemps au sein de cette patrilinéarité : la famille Sène. Ce nom Sène est celui même à sens universel dans l'ethnie sérère. Il est attribué à toute chose, à toute réalité, à toute existence dont même Dieu ("Rog Sen" : Dieu omniprésent). Ainsi donc "Sène" aurait dérivé de "Sen" qui, en sérère, signifierait "nulle part et partout". L'individu qui porte ce nom est alors sans doute censé être partout, de marquer sa présence à tout moment.
Blaise Sène serait-il un ces hommes répondant bien à leur nom Sène ? Il faut vite signaler qu'il est de la grande maison des "Sène" qui abrite et fournit la chefferie du bourg depuis longtemps. Il a donc grandi et reçu la stricte éducation réservée à tout enfant sérère. L'honneur, la pudeur, la vergogne, la dignité, l'honnêteté, la probité et le courage sont les maîtres-mots d'une telle éducation parfois inculquée avec toute la rigueur nécessaire. Cette chefferie qui joue surtout un rôle de tribunal au service des différends entre les individus du village, contribuera aussi à développer le sens de la justice de l'enfant Blaise. Vivant à une époque marquée par l'avènement de l'école dans toute sa splendeur, il embrasse rapidement l'enseignement primaire où il obtient l'entrée en 6e en 1968, année à laquelle, il est appelé à sillonner le reste du Sénégal. Élève modèle, il gravit les échelons sans perdre du temps.
Un parcours divers : une vision unique
Après son entrée en sixième, le jeune élève Blaise Sène intègre le lycée Charles De gaulle de 1969 à 1976 où il obtient son Baccalauréat Série D. Conscient de son besoin urgent de servir comme enseignant au bénéfice du peuple encore victime d'ignorance, il choisit de se former à la faculté des sciences au département des sciences naturelles de l'Ecole Normale Supérieure pour une durée de deux ans. Son premier poste sera dans la région de Fatick où il fut directement affecté comme professeur de sciences naturelles en 1981 au C.E.S. 3 et dans la même année il est redéployé au CES 2, toujours à Fatick. En octobre 1985 il est affecté au Collège d'Enseignement Moyen (CEM) Ahoune Sané de Bignona. En octobre 1989 également, l'enseignant en quête de parcours est affecté au CEM Abdoulaye Mar Diop de Saint-Louis. Et en octobre 1994 son poste suivant fut au CEM de Diofior à environ quatorze kms de chez lui à Loul Sessène. En octobre 1999, le jeune héros de l'enseignement revient dans son village natal où il sera Principal dans le collège qui venait d'être ouvert à la même année. L'acte d'héroïsme qu'il a accompli se mesure à tous les niveaux des différentes étapes conduisant à la mise en place et au fonctionnement de ce collège qu'il dirigera lui-même pendant plus d'une quinzaine d'années. L'unique vision pour un parcours si diversifié, c'est la promotion de l'éducation, facteur clef de développement de tout peuple.
Un acteur incontournable du système éducatif : le Collège-Lycée de Loul Sessène, la pièce à conviction.
Le personnage s'identifie toujours par le nom de Principal dans toutes les sphères et même après sa retraite de l'école depuis 2015, une fonction qu'il a occupée avec détermination pendant un peu plus de quinze ans. Il doit cette distinction aux efforts constants qu'il a fournis pour mener sans faille sa mission. De 1981, année de sa première fonction comme enseignant à 2015, année de sa retraite, Monsieur Sène a consacré ainsi trente-cinq (35) ans de sa vie à l'éducation de son pays. Trente-cinq ans de carrière à l'école révèlent un amour sans partage pour ce métier. Monsieur Sène est plein d'ambitions, pétri de valeurs éducationnelles. Il est engagé et très déterminé non seulement pour la réussite de son établissement qu'il a toujours choyé mais surtout pour la réussite individuelle de chaque élève à son giron ou plutôt de tout individu en phase d'apprentissage. Ceux qui ont, une fois, eu Monsieur Sène comme professeur dans une salle de classe peuvent tous témoigner de l'enthousiasme du pédagogue, de la volonté de cet enseignant chevronné. Il expliquait ardemment jusqu'à se verser dans la langue locale pour s'assurer une meilleure compréhension de l'ensemble de la classe. Il pouvait revenir plusieurs fois sur le même fait, jusqu'à articuler syllabe par syllabe l'unité à enseigner pour chasser tout rudiment de compréhension sur l'esprit de chaque l'élève. Aucun élève n'était laissé en rade, du plus fort à celui dit plus nul. Sous cet angle, il était un enseignant modèle, doté d'une pédagogie perfectionnée. Son art d'enseigner a été motivé par sa bonne volonté.
Ses cours étaient loin d'être ennuyeux, ce qui faisait deux heures me paraissait comme trente minutes, tellement c'était rapide à mes yeux, on ne voulait pas que le cours finisse. Ce qui veut dire que chacun dans la classe comprenait très bien L. S., ex-élève.
Les témoignages à ce sujet ne manquent pas. Il a enseigné de nombreuses générations d'élèves. Et chacun de ces élèves pourrait établir un bilan édifiant sur la qualité professionnelle très remarquable du personnage. On peut juste ajouter le long témoignage suivant :
Ce que je retiens de M. Blaise Sène, faapa Sène comme on aime toujours l'appeler, c'est que c'est un homme multidimensionnel. Faapa Sène le grand pédagogue : c'était un enseignant qui vivait son cours de sorte que ses gesticulations attiraient toute l'attention des apprenants que nous étions. Il savait également motiver les élèves qui travaillaient bien et encourager les autres à faire pareil. Les exemples qu'il prenait pour illustrer son cours, il les tirait de ce que nous savions. Faapa Sène le Principal : il était difficile au début de faire la différence entre faapa Sène l'enseignant et faapa Sène le Principal. En effet, M. Sene venait très tôt à l'école pour s'occuper de son administration avant d'aller faire ses cours. Il assurait pleinement ces deux Fonctions de sorte qu'il était irréprochable dans l'une ou dans l'autre. Faapa Sène le Principal et parent : un jour, alors qu'à la radio, j'avais entendu parler de débrayage des enseignants d'un syndicat, une mauvaise idée m'était venue de ne pas aller à l'école. Malheureusement pour ma petite personne, il y avait beaucoup d'absents au cours. On devait avoir cours avec un certain Monsieur Diouf. Ce dernier avait donc organisé un devoir surprise pour sanction. Le lendemain, quand je suis venu à l'école, on m'a informé que les gens qui n'étaient pas la hier allaient avoir zéro. Après, on me convoqua au bureau du principal où il y avait M. Diouf, M. Ndiaye et M. Blaise Sène. Quand ils m'ont demandé le motif de mon absence, je leur ai que c'est parce qu'il y avait débrayage. Le Principal me rétorqua, "es-tu Secrétaire général de syndicat? De quel syndicat s'agissait-il ?" C'est là que j'ai su qu'il y avait plusieurs syndicats dans l'enseignement. Ils ont après attiré mon attention sur le fait que j'étais un bon élève et que je devais avoir des comportements responsables et qu'ils comptaient sur moi et les autres comme J. S. pour de bons résultats au BFEM. Ça m'avait tellement touché que je ne m'étais plus absenté tout le restant de l'année. On était à moins de deux semaines de l'examen blanc. El. T. ex élève
No comment pour ce qui est de ce commentaire. Mais ce qu'on retient surtout c'est qu'en plus de sa pédagogie, de sa rigueur et fermeté, il pouvait être très doux et pousser à l'action par la méthode sympathique. Il est comme ce père comme l'appellation Faapa Sène l'indique ; ce père qui doit être ferme si les circonstances l'exigent, mais aussi doux et aimable pour toucher le cœur des gens bien disposés.
Voulant déposer un moment la craie pour mieux booster l'enseignement avec ses deux mains, Monsieur Sène s'imbibe entièrement dans l'administration scolaire. Il est arrivé à bout de cet effort après une longue lutte sans répit qu'est la construction du collège de Loul Sessène.
Le CEM de Loul Sessène a ouvert ses portes en octobre 1999 avec Blaise Sène comme premier Principal. Il joua un rôle prépondérant, joignant toute son énergie à un combat sans merci pour la construction et le fonctionnement du collège. Ainsi institué, les bons résultats aux examens de BFEM qu'a toujours connus l'établissement ne peuvent être attribués à Monsieur Sène qui a su manager une équipe pédagogique vouée et zélée. Jusqu'à 2015, année de sa retraite, il s'est battu bec et ongles, s'est donné corps et âme pour une école louloise développée. Il laissa ainsi en place un beau lycée qui naquit de ses propres entrailles et dont on baptisa joliment du nom de son géniteur : Lycée Blaise Sène.
Un homme multidimensionnel, un travailleur polyvalent
Les talents de Monsieur Blaise Sène ne se limitent cependant pas au monde scolaire, ils s'étendent sur plusieurs autres dimensions. Tout jeune, il laissa une marque indélébile dans le monde du sport notamment le football. Il fut compté parmi les meilleurs de sa génération pour ce qui est des matches de "navétanes" (activités de vacances scolaires) qui animaient et vivifiaient les villages. L'histoire de l'équipe du village maintient à jamais son nom sur le tableau d'honneur.
Mais ses occupations d'ordre intellectuel ont été des plus marquantes qui soient dans l'histoire de la communauté. Il sera successivement ou en même temps 2e vice-président du conseil rural de 2002 à 2014, officier d'Etat-civil pour la communauté rurale pendant cinq ans. Il a été membre des équipes enseignantes du Sénégal, initiateur du président de l'Association des Parents d'Elèves (APE) du centre de formation professionnelle de Loul Sessène. Il fut secrétaire administratif du comité de développement sanitaire de Loul Sessène et a été décoré d'une médaille en décembre 2017. Il était le président du collectif des chefs d'établissements de l'axe Ndiosmone à Palmarin pendant dix ans entre autres fonctions qu'il a occupées avec engagement.
Et en plus de tout cela, il fait preuve d'un engagement politique total. Son militantisme dans ce domaine a marqué toute sa carrière professionnelle. Il se caractérise par une fidélité et une loyauté considérables au parti politique pour lequel il a toujours œuvré. La face politique de l'homme pourrait en elle seule faire l'objet d'un livre entier.
Pionnier et pilier de l'ASC Sumkaré de Loul Sessène
La très connue ASC Soumkaré de Loul Sessène doit beaucoup de son existence à Monsieur Blaise qui fut son premier vice-président et deuxième président ; il est ainsi situé à la base de la fondation de ladite structure. Cette ASC, aujourd'hui, s'affirme sur la scène nationale de par la richesse et la variété de ses activités socioculturelles qui lui ont valu, en 2014, l'inscription sur l'agenda culturel national. Chaque année elle organise, entre autres, une séance traditionnelle de lutte et 72 heures culturelles et sportives qui comptent très souvent parmi ses invités d'honneur le ministre de la culture du pays et d'autres grandes personnalités. En plus d'avoir le mérite de faire partie de ceux qui ont guidé les premiers pas de cette dynamique association qu'il a dirigé lui-même pendant presque vingt (20) ans, Blaise Sène demeure un membre actif de cette structure. Aujourd'hui encore il tient fermement la main à cette ASC dans l'espérance de la voir un jour se hisser à l'échelle internationale. Il est ainsi auteur et acteur de l'ASC Soumkaré de Loul Sessène.
Un homme connu et reconnu
De par ses pensées, paroles et actions, Monsieur Blaise Sène est ce personnage connu et reconnu un peu partout. Il s'impose par son humanisme remarquable mais aussi par son caractère ferme qui consiste à dire non s'il le faut. Là où se regroupent deux ou trois individus pour analyser et décider, Monsieur Sène apporte son grain de sel, expose sa vision des faits sans détours mais surtout s'oppose sans états d'âme à la moindre apparence d'injustice ou d'inconvenance. Cette fermeté de l'homme lui vaut un respect profond de la part de ses contemporains. Son engagement dans la société est sans faille. Là où l'on discute également de quelque chose allant dans le sens du développement de la société, de la localité, Monsieur Sène est aussi nécessairement présent et partant. Il est ainsi membre très dynamique du conseil municipal où il défend ardemment ses idées et oriente toujours vers l'innovation. Il prône un développement équitable, respectueux de la dignité de l'homme. Il s'est bâti ainsi une renommée très étendue. Il a fini par devenir l'élément d'identification du village de Loul Sessène. Très souvent quand on prononce le nom du village partout où on se présente comme habitant de Loul Sessène, la question qui suit est généralement "Loul Sessène où habite Blaise Sène ?" ce qui débouche toujours sur une bonne discussion. Et l'interlocuteur ne tardera pas à dire : "Blaise Sène, je l'ai connu tel…, on s'est rencontrait tel…, il a fait tel pour moi".
Un jour, pendant que je me trouvais dans un lieu peu fréquenté à Dakar, j'ai rencontré un cadre de la santé. Quand je lui ai appris que j'habite à Loul Sessène, la question immédiate qu'il m'a posée était si je connaissais Blaise Sène. Pendant que je répondais par l'affirmatif, il m'a fait connaître qu'il l'avait rencontré dans le cadre atelier à Loul et que par la suite Blaise les avait reçus (lui et chez ses compagnons) chez lui et avec une très grande hospitalité. D. N.
Cela nous apprend surtout sur la générosité de l'homme et sa volonté de servir les autres sans distinction aucune comme il convient à toute personne imbue de valeurs humaines. Et quelques-uns de ses actes de générosité connus ne sont que la partie visible de l'iceberg. Un certain homme témoigne :
Le lien de reconnaissance qui me lie à Blaise Sène est né le jour où j'allais nécessairement passer la nuit loin de chez moi parce que je cherchais un document administratif, et par bonheur ce jour-là il était de passage (…). Depuis ce jour, je suis reconnaissant de lui.
La fondation lutte contre la mortalité maternelle et néonatale : l'œuvre humanitaire de l'homme.
La carrière de l'homme ambitieux ne s'arrête pas au domaine scolaire. Se reconvertissant aux œuvres caritatives, il réalise la fondation combattant la mortalité maternelle.
"Ne plus mourir en donnant la vie", ce vibrant slogan de la fondation en question renseigne sur une facette importante de la personnalité de son fondateur, mais certes aussi une histoire particulière qui lui serait arrivée. Sa sensibilité sur un fléau universel qui gangrène aujourd'hui le pays se manifeste à travers cette fondation. Sauver la vie maternelle est d'une noblesse inégalable. Cette fondation produit déjà de bons résultats dans certains villages. Elle a déjà sauvé des bébés en contribuant considérablement à la mise en place de conditions favorables garantissant la vie et la santé aussi bien du bébé que celles de la maman.
Cette fondation a valu à Monsieur Sène, la considération d'un des plus grands humanitaires de la région. Les actes de remerciements et de gratitude ne cessent d'être formulés à l'endroit du philanthrope.
Merci beaucoup Monsieur le Principal pour cette fondation. Cela prouve que toutes vos actions réalisées ont été fécondes, c'est pour cela que personne ne conteste votre [grandeur]. Vos œuvres resteront gravées dans la mémoire de tout le monde. Car au lieu de se servir, vous avez servi le peuple D. F.
Merci Beaucoup Monsieur Sène, toujours dans sa vision. Décidément vous ne connaissez pas la retraite. Effectivement les grands hommes ne vont jamais à la retraite. Vous faites partie de ces grands hommes qui marquent l'histoire. Que Dieu vous garde encore longtemps parmi nous pour qu'on finisse par s'inspirer de votre sagesse. P. S.
De partout on entend parler de vous surtout dans la cour des grands. Merci pour ce que vous êtes en train de faire pour notre cher village Loul Sessène. G. B.
Des "taudis" à la place de "châteaux"
Dans un monde marqué par un matérialisme extrême, chacun, aujourd'hui, motivé par son intérêt personnel court sans cesse derrière l'accumulation de richesses. On a fini par croire que savoir rime avec avoir et que la fonction est une occasion de ponctionner les biens communs. Réussir est finalement compris comme bâtir, ériger des châteaux et des tours, être le premier consommateur des matériels de derniers cris, s'enrichir sur le dos des autres, se servir des autres au lieu de les servir. Un tel état d'esprit est de toute évidence ignoré de Monsieur Sène. L'homme semble, au contraire, caractérisé par un ascétisme manifeste, une probité notoire. Sa volonté de servir les gens et non de se servir de ce monde se révèle entièrement à travers ses décisions :
Blaise Sène pourrait devenir très riche, s'il le désirait, explique un compagnon proche de lui. Il a même décliné un poste politique très prometteur, on l'a proposé la possibilité d'entrer dans un cabinet ministériel, et il dit non sans hésiter ; et tout cela pour se consacrer à sa fonction scolaire. M. D.
Un modèle pour les jeunes
Lors de la cérémonie de nomination du CEM-Lycée de Loul Sessène, ayant légitimement pris le nom de Blaise Sène, les jeunes ont trouvé la belle occasion d'exprimer à combien ce personnage était une référence pour eux, un modèle parfait d'acteur de développement.
 "Il est une icône pour la jeunesse
 Il est engagé, il porte un amour inouï pour sa localité, il est un vrai citoyen
 Il est prêt à mourir pour sa localité
 Il s'est battu pour sa localité, c'est un vrai combattant.
 C'est un homme humble et modeste au service de son terroir, c'est un serviteur infatigable.
 Il est un père de famille qui rassemble
 Il est un défenseur inégalable de l'intérêt général
 Il est un philanthrope, un visionnaire, un homme d'une générosité incommensurable ; un homme d'une dimension inestimable". Anciens élèves.
Ce sobre article ne saurait prétendre retracer la vie de Monsieur Blaise Sène dans toutes ses facettes. L'homme, qualifié ici de légende, a si bien exercé et entrepris de choses que si on les écrivait dans le détail, on remplirait des pages et des pages.
Longue vie à Monsieur Sène !

Alphonse Niane, Psychologue conseiller


Imprimer cet article